ACTIVITES

Prévisions

MARCHE SANTE

  • 01/02/2022: La Cadiére d’Azur / le tour du Fainéant
  • 01/03/2022: La Chartreuse de la Verne
  • 05/04/2022: Carcés / le lac et les chutes du Caramy

BALADE

  • 15/12/2021: visite de la vieille ville de La Garde. RDV à 09h00 à l’Office du Tourisme. Confirmation par message. Visite 2 heures environ puis après liberté pour visiter le marché de Noel.

Les marche santé M.S ( 1° mardi du mois)

Vous êtes intéressé ?: prenez contact avec                                                                   Bernard MARCELLIN: 06 75 90 16 07,  mail bernard.marcellin54@gmail.com                                                                               

Les balades ( 3° mardi du mois)
Vous êtes intéressé ?: prenez contact avec:

  • Chantal GILBERT au 06 81 93 67 73, mail :  gilbert.chantal9@orange.fr 
  • Jean AZZIS au 06 63 76 42 50, mail : azzis.jean@gmail.com                                              

Comptes rendus 2021

Marche santé du 2 mars 2021

Notre groupe de randonneurs a pris le départ sous le regard bienveillant de Notre-Dame de la Route, chemin de la Navarre.

Certes le soleil était absent mais partout la Nature montrait sa volonté de s’éveiller, attendant pour cela que la douceur s’installe durablement.

De chemins pierreux en chemins profonds dans un maquis de lavandes papillon, de bruyères blanches, de lauriers-tin en fleurs on découvre aussi des asperges sauvages. Les yeux se régalent de cette explosion de couleurs et ne se lassent pas de ce tableau qui inspirerait bien des peintres.

Encore une belle journée où nous avons pu apprécier l’organisation, le parcours, l’ambiance et le plaisir de sortir de l’isolement qu’impose la Covid.

Merci à tous, organisateurs et participants, pour ce moment de convivialité.

A bientôt

Francine et Alain

Comptes rendus 2020.

1° CABASSON, le 4 février

Ce mardi au ciel bleu nous nous sommes rassemblés,

ANOCR et ACORAM , dans une belle communion.

Bernard, notre si talentueux maître es-randonnées

A guidé nos pas avec un arrêt au mémorial des Sapeurs.

Secoués par le vent qui courbe les mimosas en fleur,

Suivant un itinéraire jalonné de vues dégagées

Où l'écume des vagues habille une mer agitée

Nous avons fait ce jour là un parcours d'exception.

           ++++++++++++

Collines, que de splendeurs pour marcheurs !

Arrêt, un hommage, au mémorial des Sapeurs

Brûlés dans de tragiques heures.

Autour de nous les mimosas en fleur

Sèment d'éclatantes taches de couleur.

Sur la droite, sur la gauche, la mer secouée

Offre aux regards une surface ridée.

Nos pas portent nos âmes et nos cœurs.

(d'après Alain BARRET)


Comptes rendus 2019.

12° MS du 3 décembre: autour du  Mont Faron

La surprise fut de taille au rendez-vous : route coupée
Et devant la barrière les voitures resteront bloquées.
 
Faisant fi de cette contrariété nous avons continué
A pied, notre organisateur appliquant le plan  » B « .
Rien n’a pu freiner notre enthousiasme, notre ardeur.
On est montés, dans un superbe décor, sur les hauteurs.
Notre récompense fut de partager cette bonne humeur.
Merci Bernard. (d’après Alain Barret)

11° M-S du 12novembre 2019 : «Signes – La pyramide de Cassini».

Nous sommes 10 à nous retrouver au point de départ de notre marche-santé pour l’aventure de découverte de « la pyramide de Cassini » sur les plateaux dominant Signes, motivés par le test de notre condition physique que représente le parcours de 4 heures et demie qui nous attend. Le fort mistral annoncé par la météo est au rendez-vous et va se renforcer tout au long de notre progression vers le sommet. C’est à 784 mètres que nous subissons les rafales les plus violentes qui font vibrer les haubans de retenue des antennes de transmission ancrées sur le plateau. La vue est imprenable, mais nous sommes assourdis par les sifflements du vent dans le haubanage. Un décrochement de terrain à l’abri du vent est mis à profit nous protéger et retrouver les calories manquantes par un« repas sorti du sac » bien mérité après la longue montée finale. La marche redevient plaisante sur le versant sous le vent et nous apprécions tous la boucle de descente qui nous fait cheminer au milieu d’une végétation méditerranéenne encore luxuriante. Distraite par la contemplation de cette nature verte, Pussy va glisser sur l’herbe humide du sentier et se blesser légèrement au nez, donnant l’occasion à notre guide habituel d’inaugurer avec efficacité sa « trousse de premiers soins ». La fin de parcours est effectuée sans difficulté en gardant un œil attentif sur notre « blessée du jour » ».qui se sera fait plus de peur que de mal.  Nous nous quittons les poumons suroxygénés, en félicitant le couple « guides du jour » pour leur  navigation impeccable et leurs compétences d’infirmiers.

P.P BOCK

10° VOYAGE à FLORENCE, du 9 octobre au 14 octobre 2019

Ce 9 octobre, c’est à 24 que nous prenons le train à Fiumicino pour Florence après quelques péripéties : le GPS ayant mal aiguillé notre chauffeur, nous sommes arrivés à la dernière minute à l’embarquement à l’aéroport de Nice et une grève surprise de la compagnie intérieure Alitalia  nous a imposé ce parcours en train. Cela n’a pas altéré notre bonne humeur.

 Nous voici à Florence où nous attend Sylvia, souriante et efficace, qui nous fait découvrir la ville du haut du Piazzale Michelangelo. Puis nous allons prendre possession de nos chambres à l’Hôtel California, situé au centre ville, à deux pas de la Piazza del Duomo. Du bar panoramique on peut apprécier la vue sur le Duomo et la tour du Campanile. Commencent alors cinq jours de formation accélérée en histoire de l’art par Sylvia, passionnée et compétente. Elle nous expliquera l’architecture de la Renaissance italienne, les pierres qui composent chaque bâtiment que nous visitons ; pour les sculptures, l’évolution du travail de l’artiste dans le temps, pour chaque tableau la volonté du peintre, et elle nous lira l’histoire narrée par les fresques.

Notre première visite est pour le musée du Bargello, où nous pouvons admirer les plus belles sculptures de Donatello mais aussi celles de Michel-Ange, Cellini ou Verrocchio qui furent ses élèves.

Puis nous allons à la Basilique San Lorenzo des Médicis, mélange de structures romanes et d’architecture gréco-romaine antique et les chapelles des Médicis qui contiennent les sarcophages de la famille régnante de Florence.  

Après un bon repas, quelque peu bousculés par le temps, nous nous dirigeons vers Santa Maria Novella, une des premières façades au monde mêlant gothique et renaissance. A l’intérieur, nous sommes fascinés par les magnifiques fresques de Bruneleschi, Domenico Ghirlandaio, le crucifix de Giotto sur une des colonnes de la nef ou le retable d’Orcagna dans la chapelle Strozzi.

Cette première journée s’achève par la visite de l’ancienne officine pharmaceutique de l’église.

Le lendemain est consacré à la Piazza del Duomo. Nous admirons la coupole en terre cuite de la cathédrale Santa Maria del Fiore concue par Bruneleschi et dont Sylvia nous détaille la technique sans échafaudage de la construction. Après un coup d’oeil au Campanile nous nous dirigeons vers le Baptistère qui est le plus ancien monument de la Piazza del Duomo. A l’intérieur, les mosaïques du plafond représentent des épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament. C’est au Musée de l’Opera del Duomo que nous admirerons les trois célèbres portes de bronze dont Sylvia nous détaille chaque motif.

Nous continuons notre visite par le Musée de l’Académie où nous pouvons longuement observer le David de Michel-Ange. Puis nous découvrons, dans le palais Medici-Riccardi, les membres de  la famille Médicis sur les fresques de Benozzo Gazzuli dans la chapelle des Rois Mages ainsi que la voûte de Luca Giordano dans la galerie des glaces.

Le jour suivant, c’est à l’ancien couvent dominicain San Marco devenu le cloître des Silvestrini que nous consacrons notre matinée. Chaque cellule a été décorée par Fra Angelico et on y trouve aussi la cellule de Savonarole qui a été prieur ici.

Nous visitons aussi le Palazzo Davanzati, demeure bourgeoise du Moyen Age.

Il nous fallait bien l’après-midi pour découvrir la Piazza della Signoria et la Galerie des Offices où nous ne manquons pas de nous extasier devant la Naissance de Vénus de Botticelli.

Chacun rejoint l’hôtel en flânant, certains profitant de la messe à la cathédrale Santa Maria del Fiore pour en admirer la grandiose sobriété. 

Il n’y a eu que 2 courageux participants pour oser s’attaquer, le lendemain matin, à l’ascension du Duomo et monter les 450 marches qui leur ont permis de contempler Florence et de nous faire partager la beauté du panorama par des photos très réussies. Bravo à Valérie DENISOT et à Louis EGLIN (de l’ACORAM) pour cet exploit. 

Dimanche matin le car nous transporte à Poggio a Caiano, commune de la province de Prato, visiter la fameuse résidence d’été de la famille des Médicis. Belle villa avec son théâtre et sa salle de billard d’époque, richement décorée, son musée de la nature morte a particulièrement retenu notre attention. 

C’est en traversant le Ponte Vecchio que nous rejoignons l’après-midi le Palazzo Pitti. Ce palais a vécu au rythme de l’histoire de Florence. C’est aujourd’hui un musée qui abrite des œuvres inestimables. Le Jardin de Boboli à l’arrière du palais permet de jouir d’un panorama remarquable sur la ville.

Nous terminons notre découverte de cette ville fabuleuse par l’église Santa Croce, le « Panthéon des gloires italiennes ». De tout temps, cette église fut un lieu de rencontre des plus grands artistes, théologiens, hommes de lettres et hommes politiques.

Il faudrait bien des pages pour évoquer toutes les œuvres que nous avons admirées sans nous lasser, la guide nous montrant avec soin chaque détail ou replaçant chaque élément dans son contexte historique. Sylvia nous a quittés en nous promettant d’autres splendeurs pour un prochain voyage.

Nous ne remercierons jamais assez Pierre BOCK à qui on doit la réussite de ce voyage. La parfaite mise au point du programme, l’organisation, sa constante bonne humeur sont pour beaucoup dans cette réussite que le soleil a accompagnée. 

Merci encore Pierre …et…nous comptons sur toi pour l’an prochain !!!

Dina et Dominique MARCELLESI

9° Presqu’île île Giens/la Madrague, mercredi 17 septembre

C’était la reprise pour notre groupement, chaussures, bâtons, chapeaux et … maillots de bain. 
Le programme n’est pas très long mais le tour de la côte ouest de la presqu’île de Giens est plutôt ardu. Au début nous quittons le petit port de la Madrague embaumé par l’odeur du café matinal; nous sommes huit dont trois, plus hardis peut-être, attaquent le sentier par … sa partie immergée au fond du port ! 
Puis le sentier devient plus redoutable et les conversations baissent d’un ton; rugueux, pierreux, étroit il suit toutes les petites calanques qui font le charme de la presqu’île. Montées et descentes se succèdent continuellement, Il faut toute notre attention pour progresser sûrement; nous manquons d’entrainement après les deux mois d’été. Mais des points de vue superbes, la flore méditerranéenne intacte font oublier ces difficultés, au demeurant  recherchées
Notre ténacité est récompensée quand à midi nous découvrons une plage ombragée; la mer à 24°C nous accueille avant que nous sortions les victuailles du sac; comme à l’habitude Georges, maître sommelier, nous délecte d’une bouteille témoin de ses pérégrinations en terre bordelaise,
Courte sieste réparatrice, pour certains, puis reprise du rythme par les marcheurs ragaillardis.
A 15h00 nous revoyons le point de départ et devant l’ardeur du groupe le président n’hésite pas: « une bonne bière pour tous ! ». 
« Au fait Bernard c’est bientôt la prochaine marche » …l’année s’annonce prometteuse.

8° Brève sur le pique-nique « Fort Peyras » du 13 juin 2019

C’est par une météo idéale que fidèles marcheurs de santé et promeneurs du Groupement se retrouvent pour leur rendez-vous annuel de célébration de leur fin de saison d’activités pédestres ; cette année une option originale a été retenue, consistant à combiner aspect culturel, agapes et promenade digestive.

Les 18 participants, dont le Président de l’ACORAM « Provence & Corse », se retrouvent sur « l’esplanade Amphitria » de la Corniche varoise après un covoiturage pleinement réussi, pour prendre le sentier menant au « Fort Peyras » où il sont attendus par le gardien des lieux pour une visite guidée de ce site historique surplombant la Corniche depuis la fin du 19ème siècle. La visite de la batterie nous fait revivre avec émotion l’historique des lieux remontant à 1879, et plus particulièrement la période d’occupation de « la Seconde Guerre mondiale » pendant laquelle les troupes allemandes installèrent une batterie de DCA de 6 canons de 88mm.  La sophistication des installations de mise en œuvre des 4 canons de Marine de 105mm allemands, sous coupole blindée, mis en place par la Marine Nationale après la libération est impressionnante. Le poste de calcul des éléments de pointage du canon encore en place et le gigantesque télémètre de plus de 6 mètres de long forcent l’admiration des anciens canonniers-artilleurs de notre groupe.  La fin de la visite est l’occasion de découvrir une panoplie d’anciens armements terrestres (blindés légers, affûts doubles antiaériens de 40mm) et de divers engins ou équipements navals (LCVP, tourelles, canons, lance-roquettes), puis de faire le tour de plusieurs salles d’exposition d’objets et d’armes de toutes natures datant de la période de « la Seconde Guerre mondiale » et de « l’après guerre ». Cette véritable remontée du temps nous ayant mis en appétit, c’est avec empressement que nous rejoignons l’aire de pique-nique proche de nos véhicules. Nous nous délectons longuement à goûter les délicieux mets délicatement préparés par « les cordons bleus » présents, mets accompagnés de quelques excellents crus généreusement offerts par les fins palais du groupe. Gâteaux, fruits et café clôturent nos agapes. C’est ensuite pour les plus courageux, une promenade digestive aller-retour vers la chapelle de « Notre Dame du Mai » qui permet à chacun de tester son souffle au cours d’une ascension de 300 mètres, et également d’évoquer avec ses compagnons les meilleurs souvenirs des marches de la session écoulée. Après une heure et demie de plaisant cheminement aller-retour agrémenté d’une pause sur le parvis de la chapelle, et après avoir profité de points de vue exceptionnels sous un soleil radieux, nous nous congratulons pour l’excellent moment passé ensemble, en nous souhaitant de très bonnes vacances d’été.

Pierre BOCK

7° Adieux au Colonel BOUCHET, à Saint Raphaël le 6 juin,

Au cours du traditionnel déjeuner mensuel des membres de l’ANOCR de l’Est Var, le colonel Bouchet a passé la main aux nouveaux organisateurs Monique et Jacques FAGEON. A cette occasion le général JUCHEREAU lui a remis, au nom de notre président,  la médaille souvenir de l’ANOCR gravée en ces termes  » en remerciements pour les services rendus ».

 

6° Rallye découverte pédestre à Tourtour, le 16 mai

Partis au aurore, 10 équipages de 4 ont pris le départ  à la découverte de Toutour, non sans avaler sur le pouce son petit café croissant. Soleil magnifique, lancer de boules ovoïdes, et quelques questions de-ci de-là occupèrent bien la matinée. Au cours d’un sympathique déjeuner sobrement arrosé (boire ou conduire) dans un cadre bucolique, les discussions allèrent bon train. Les résultats, sans grande importance, furent proclamés, dans un calme relatif, mais l’essentiel n’est-il de participer?… chacun des concurents emmenant avec lui la récompense de son labeur: un mini cactus symbole floral de COURAGE et de RÉSISTANCE dans il a dû faire preuve au cours de cette difficile épreuve.

Assemblée du groupement à Saint Raphaël du 4 avril:

Nous fumes 28 au départ  de Toulon en car pullman en compagnie du président national le VAE(2s) OLHAGARAY, excusez du peu !. A Saint Raphaël, avec les anocriens de l’Est Var rameutés par Danielle SCRIBAN, nous fumes près de 70 pour entourer notre président de groupement Jean AZZIS.

Accueil magnifique et chaleureux de la mairie de Saint Raphaël au petit soin envers notre association. Le maire en personne, frédéric Masquelier est venu nous consacrer quelques minutes, ce qui a été fort apprécié de tous. Les mots réconfortants et fédérateurs de l’amiral OLHAGARAY ne purent que renforcer notre assurance d’appartenir aux forces vives de la nation. La banque et la gestion financière n’a plus aucun secret après les quelques conseils, sans détour et donnés au pas de charge, par le conférencier frédéric SCRIBAN venu tout spécialement du siège central de la Société Générale.`

Après comme il se doit, le dépôt d’une gerbe au monument du souvenir français, un déjeuner succulent et bien arrosé nous fut servi dans cette très jolie salle à manger de l’excelsior avec vue sur mer.

SUN and SEA, mais aussi convivialité, que demander de plus !. Aller on remet ça l’année prochaine !?.

4°    Marche-santé « De Chibron au Pont du Diable» du 02 avril 2019

Ce sont 14 participants motivés qui se retrouvent pour cette marche de durée supérieure à celle de nos parcours habituels, et au profil plaisant serpentant à l’ouest de la commune de Signes.

Le ralliement de l’aire de départ se fait sans difficulté après la traversée des gorges d’Ollioules, et est suivi d’un départ légèrement différé pour attendre un participant féru de marches sportives faisant son « comeback ». Cette petite attente est l’occasion de réaliser que le circuit en sous-bois de découverte des ruines du « Pont du Diable » préparé par notre guide a attiré de nombreux groupes de marcheurs en cette matinée ensoleillée.

Notre groupe se met en route en deux temps sur un sentier caillouteux avant de rejoindre une large allée traversant des pinèdes et une forêt de chênes verts. C’est ensuite une progression en sous bois le long du ruisseau du Latay suivie de plusieurs montées en pente douce.

Le passage à proximité des vestiges du « Pont Du Diable » est l’occasion de deviser sur lla pénibilité du métier de glacier à la fin du 19ème siècle qui consistait à utiliser des bassins de rétention d’eau pour la formation des pains de glace destinés à être livrés par chariots dans les maisons de la région toulonnaise.

La pause « repas sorti du sac » est effectuée à mi-parcours, avant d’entamer la branche de retour par le GR9, puis le sentier étroit longeant le canal encadrant le ruisseau du Latay.

Nous nous congratulons à l’arrivée sur le parking de départ, heureux d’avoir parcouru près de 13km en 4h 40mn de marche, à une vitesse moyenne voisine de 2,5Km/h, cadence honorable pour des séniors. 

Remerciements appuyés à notre guide pour le choix de cette promenade aux paysages très variés.

Pierre BOCK

3° marché de santé « Les Salins d’Hyères – Etang des Pesquiers » du 05 mars 

La promenade tranquille en bord de mer planifiée par notre guide habituel, pour les moins sportifs d’entre nous, va réunir 15 participants sous un ciel d’azur mais par un vent de sud-ouest bien établi qui va fortement forcir en fin de matinée.

Le cheminement initial se fait sans difficulté le long des salines sur lesquelles se repose un groupe de flamands roses qui prend soudainement son envol à l’approche bruyante d’un Airbus en phase d’atterrissage. Nous embouquons ensuite l’allée du Front de mer pour longer le port de La Londe puis passer le gué du Maravenne et rejoindre in fine le sentier du littoral.

Les rafales de vent de plus en plus violentes nous font rechercher une zone davantage abritée derrière la première pointe rocheuse bordant la plage. Ce ne sera toutefois qu’un pis-aller car nous restons fort exposés sur la plage choisie pour notre pause « repas sorti du sac ».

Le retour s’avère un peu saoulant en bouffées d’air qui rendent les conversations difficiles entre binômes de marche.

C’est avec des poumons sur – oxygénés que nous joignons le parking de départ, un peu frustrés par les 30 nœuds de vent qui nous ont assaillis en fin de parcours : impondérables de la météo méditerranéenne.

Pierre BOCK

2° Brève sur la marché de santé «Cabasson- Brégançon» du 05 février 2018

La météo idéale pour tirer le meilleur parti visuel du profil original de circuit combinant « secteurs vallonnés et en bord de mer » retenu par notre guide, est au rendez-vous en ce mardi matin.

Le parcours sur les coteaux menant à Cabasson offre de nombreux points de vue permettant d’admirer la beauté de la côte varoise proche de la baie de l’Estagnol. Le cheminement vers la plage de Brégançon sur les rochers bordant la mer demande à chacun des 17 participants, concentration et souplesse.

Après cet effort de concentration, la détente apportée par la pause repas effectuée sur la plage de Brégançon, avec une vue unique sur le Fort, est fortement appréciée.

La fin de parcours est aisée sur le tronçon de « la plage du Jardin », puis sur le sentier du littoral et enfin sur la portion intérieure de chemins forestiers menant au parking de départ.

Nous terminons cette boucle d’environ 11km après une marche dense d’un plus plus de quatre heures, ravis par la variété des sites parcourus.

Nous nous séparons un peu fourbus, mais fiers de notre petite performance d’équilibre en bord de mer à proximité des nombreuses boules feutrées de posidonies charriées par la mer.  (d’après Pierre Bock)

1° déjeuner galette à Saint Raphaël: jeudi 10 janvier    

Nous sommes heureux que les adhérents de l’ANOCR soient venus aussi nombreux au premier repas de cette nouvelle année. La bonne humeur et la camaraderie étaient au rendez-vous.Un grand merci à l’Amiral Jean Azzis et à monsieur Debaisieux, adjoint au maire chargé  des affaires patriotiques et militaires, qui nous ont fait l’honneur de présider ce déjeuner.
d’après Danielle SCRIBAN (déléguée ANICR Est Var)

 

Comptes rendus 2018. 

 Marche de santé « Les aiguilles de Valbelle » du 04 décembre 2018

Le beau soleil illuminant ce mardi 4 décembre permet de sortir de la séquence météo très défavorable qui s’était acharnée sur notre région pendant tout le mois de novembre.

Nous sommes 12 participants pour cette marche de santé destinée à nous faire admirer « les aguilles de Valbelle » sises à proximité du site du Siou Blanc. 

Après un ralliement laborieux du point de départ dû à une errance du troisième véhicule de notre cortège, la progression du groupe est très plaisante au milieu de massifs forestiers verdoyants et sur des chemins ne présentant aucune difficulté.

La pause repas est l’occasion de deviser dans la bonne humeur, et également pour les plus férus de soleil, d’entretenir leur bronzage de fin d’été.

Nous terminons notre boucle de 10 km après près 3h45 de marche aisée, ravis de cette très agréable remise en jambe.

Nous nous séparons après avoir félicité nos guides « Bernard et Annick » pour leur navigation impeccable et avoir échangé entre nous nos meilleurs souhaits d’excellentes fêtes de fin d’année.

Pierre BOCK

6° Brève sur la randonnée « Les Mayons – Lac des Escarcets » du 19 octobre 2018

Le deuxième report de cette randonnée de « démarrage de saison » va être couronné de succès par la météo du jour. C’est donc par un temps idéal que se retrouvent les 10 inscrits à cette promenade de traversées des nombreux gués jalonnant le circuit choisi par l’organisateur au milieu du « site naturel protégé » de la plaine des Maures.

Le groupe va prendre conscience de la réalité de cette protection à l’occasion du croisement d’un groupe de promeneurs encadré par un agent de contrôle de l’administration « Eaux et Forêts ». Les explications persuasives fournies par notre guide du jour à cet agent nous évitent une remontrance pour défaut d’autorisation administrative de traversée de l’espace « littoral protégé » entourant le lac des Escarcets. 

Cet épisode de suspens va ensuite être complété par diverses habiles navigations sous les futaies pour rejoindre des sentiers bien balisés.

Après la plaisante pause « repas sorti du sac » faite le long d’un bras de rivière, la fin de parcours s’avère aisée sur le chemin des « Petites Aurèdes » puis sur le large chemin menant au parking de départ. Notre promenade d’inauguration de la nouvelle session de randonnées aura duré 4 heures et demie et nous aura fait parcourir 13 km.

Congratulations amicales et remerciements à Bernard et Annick pour leur sympathique animation de cette promenade de remise en jambes.

Pierre BOCK

5° BAVIÈRE et TYROL Circuit du 17 au 23 septembre 2018

Pour un beau voyage, quel beau voyage !
Hôtels en Autriche, dont un très beau à Zillertal, nous avons parcouru de magnifiques paysages de vallées en montagne, puisque le Zugspitze, en sud Bavière, culmine à 2962 mètres.  Partout on retrouve le rococo ou le baroque, comme à l’abbaye de Stams. Les nombreuses églises parsèment un paysage de pâturages bien verts où paissent les troupeaux de vaches. Les maisons-chalets fleuries nous éblouissent tout au long de notre route.
Dès le premier jour, le château de Neuschwanstein étonne par ses décors, chargés certes, néanmoins somptueux. Ensuite, celui de Linderhof, plus petit, offre une décoration d’un luxe exubérant.
S’en suivit le panorama depuis le « nid d’aigle » perché à 1834 mètres, avant le Königssee, encerclé d’escarpements verdoyants qui donnent sa couleur au lac.
La météo s’est montrée suffisamment clémente pour nous permettre d’assister à la transhumance des vaches qui descendaient des alpages pour rejoindre leurs fermes. Un spectacle magnifique, riche en couleurs dans une ville en fête.
Le dernier jour la guide et l’accompagnateur Arst et Vie nous ont permis d’assister au défilé d’inauguration de l’Oktober Fest. De la couleur, de la musique, des attelages (jusqu’à dix chevaux)… époustouflant ! Quelle heureuse surprise ! Et belle ambiance dans Munich ensoleillée.
Reconnaissons la compétence, la diplomatie et l’efficacité d’Erika qui a guidé notre groupe de trente-sept personnes jusqu’au dernier moment.
Apprécié aussi le rôle que Pierre Bock a pris dans l’élaboration et la mise au point de ce programme et nous pouvons tous le remercier pour son engagement et son action.
En conclusion, des voyages aussi bien maîtrisés, on en redemande !

Francine & Alain BARRET

4° VENTABREN le 8 mai (le mot d’Alain BARRET)

En notre nom à tous, merci Bernard pour cette superbe randonnée. Finalement, le soleil ne nous a pas fait défaut et la pluie ne s’est pas invitée. Tes craintes ont donc été vaines. Après un départ de l’Argentière, nous sommes résolument partis vers l’est, en direction du soleil levant. Il y eut certes quelques passages escarpés mais aussi d’autres passages recouverts d’une épaisse moquette bien agréable à fouler. Quel régal ! Un lieu idyllique pour notre pique-nique et il a fallu prendre le chemin du retour. Nous avions l’impression d’évoluer dans une carte postale. Pour ces moments de bonheur, chaque fois réussis, merci Bernard. Nul doute que tu nous prépares une prochaine saison aussi réussie.

3° Les berges de caramy: Le 17 avril ( brève de Pierre BOCK)

Après 2 reports successifs de cette randonnée pour cause de météo défavorable, nous nous retrouvons 9 fidèles participants enthousiastes à l’idée d’effectuer un parcours sportif sur les berges du Caramy que l’équipe de reconnaissance a intitulé « équipée Kho Lanta ».

La quiétude du cheminement pendant les deux premières heures de marche sur de larges sentiers permet à chacun d’atteindre sans encombre un petit pont dont la construction remonte au Moyen âge, et au pied duquel nous faisons une sympathique pause repas agrémentée par le bruissement des eaux et un courageux bain de pieds pour certains d’entre nous.

Le tronçon suivant qui suit les berges du Caramy d’abord très aisé, se complique après une demi-heure de progression pour demander à chacun concentration, sens de l’équilibre et souplesse afin de franchir avec succès les différents passages surprenants de l’étroit sentier longeant ce cours d’eau.

Il nous faut en effet faire face à une succession de difficultés inhabituelles : gués avec pierres à demi immergées, largeur de franchissement du cours d’eau nécessitant un saut acrobatique ou l’usage de ses bâtons de marche comme perche d’équilibre, et enfin plusieurs failles étroites entre rochers surplombant la rive et nécessitant un hissage à la force des poignets. En fin de parcours le pompon est gagné par l’inondation du dernier gué, conduisant plusieurs d’entre nous à se déchausser : un cheminement rocambolesque.

Congratulations réciproques terminent cette équipée atypique ayant demandé à chacun de donner le meilleur de lui-même, mais que de souvenirs inoubliables.

3° Visite du Château de la Verdière: le 27 mars (Alain BARRET)

De cette journée particulièrement réussie,
On soulignera qu’elle fut bien organisée.
Même le temps, pour nous, a été de la partie.
Il y eu d’abord la « cathédrale souterraine »,
Notons : la plus grande d’Europe en 1747 !
Il y eut la visite du château de la Verdière,
Qui n’est pas devenu un tas de pierres,
Un miracle qu’a narré un guide passionné.
En notre nom à tous, un grand merci.

Cette journée, je ne saurais la résumer en quelques mots. Elle fut tellement riche en informations qu’il est impossible de tout retenir. Nous avons tout d’abord apprécié la virtuosité du chauffeur qui nous a conduit à Saint Martin de Pallières. Nous y avons découvert la « cathédrale souterraine », citerne de 500 m², 3000 m3, construite en 1747 pour arroser le jardin créé au pied de château. Son architecture poteaux – voûtes la rapproche de la citerne d’Istanbul, appelée citerne – basilique.
Après un repas bien copieux, et apprécié, nous sommes nombreux à avoir découvert le château de la Verdière, un trésor du patrimoine national qui a bien failli disparaître, pillé par cupidité malgré son classement aux monuments historiques en 1986. Un guide passionné, passionnant, nous a donné une foule d’informations dont j’ai du mal à me souvenir : construit en 980 par la famille de Castellane, dans la famille de Forbin pendant 1150 ans, 10 ans de travaux, 365 portes et fenêtres, 5000 m² de bâtiments… et j’en oublie. Il fallait, absolument y être et ce sont des bijoux, encore épargnés par le « tourisme de masse » qu’il faut absolument découvr

2° Le Beausset, sentier des 4 frères du 13 mars:
à Bernard Marcellin,
Merci de nous avoir fait découvrir ce parcours particulièrement agréable avec ses sentiers serpentant parmi les arbres et au cours duquel nous avons eu des explications expertes sur le fonctionnement du four à cade, du four à chaux, du four à charbon de bois. Enrichissement physique, enrichissement intellectuel aussi et même culinaire puisque ma mémoire olfactive est encore imprégnée d’une odeur de crêpes… Un régal ! Le soleil nous a accompagné et les oiseaux ont tenté de couvrir le chant (pour ceux qui aiment) ou le bruit (pour les autres) des monstres mécaniques qui tournaient sur le circuit du Castellet.
Bravo encore et, au nom de tous, merci.

Alain Barret

1°/ Brève sur la randonnée du 13 février 2018 
« Jamais deux sans trois », c’est le vieil adage que vont vivre les plus anciens de notre groupe de randonnée pour ce parcours de découverte « des menhirs de Lambert » sur les hauts de Collobrières. En effet, pour faire suite aux circuits sportifs réalisés en 2008 et 2014 sur le même site, notre guide du jour a élaboré un circuit sans grimpette.

Nous sommes 14 à participer à cette plaisante randonnée menant au plateau de Lambert par d’agréables chemins forestiers, parfois saupoudrés de givre en raison de la récente froidure.
La pause repas sorti du sac est faite en bordure de la large prairie sur laquelle veillent deux menhirs de taille voisine de 3 mètres et âgés de «5000 à 7000 ans».
C’est ensuite un cheminement le long d’impressionnants châtaigniers plusieurs fois centenaires qui justifient une photo commémorative de groupe, poursuivi par une boucle proche de la ferme Lambert, ancienne maison forestière.
Le retour est effectué sans difficulté par une température peu élevée qui nous fait accélérer l’allure pour rejoindre rapidement après un peu moins de 4 heures de marche, le parking de « la Croix d’Anselme » d’où nous sommes partis, sis en abord de la route menant à « La Chartreuse de la Verne ».
Remerciements appuyés à notre guide pour cette promenade fort réussie d’entretien de notre bonne forme physique.          Pierre BOCK